Lily et Suny

Ou quand la réalité est vue à travers l'imagination...

mercredi 4 juillet 2007

L’art d’être maudite (en l’ayant un peu cherché, quand même) – Leçon 3

Chère Lily,

Pendant que tu te débats avec ton mammouth, moi je me débats avec mes flashs et la volaille… Les flashs, j’en ai déjà parlé, alors penchons-nous plutôt sur la volaille.

Leçon 3 : le petit papillon de sa mère la catin

Il était une fois une fée qui rentrait tranquillement de son bagne journalier dans le beau carrosse de sa Matriarche (cause Matriarche absente et cercueil à roulettes HS). Le carrosse de sa Matriarche était modeste, mais puissant, et la fée enivrée ne se rendait pas compte à quelle vitesse la route filait sous ses roues (elle n’eut qu’à attendre quelques minutes pour la savoir).

Arrivée à la fin de la mégaroute pour reprendre une autre mégaroute la fée dut ralentir bien évidemment, et aperçut dans son rétro un petit gyrophare bleu.

« Pfff encore un accident, soupira-t-elle. Font vraiment pas attention les gens. »

Quand le petit gyrophare bleu passa à côté d’elle, elle se rendit compte que dessous il y avait un carrosse avec écrit VOLAILLE en gros dessus, puis un petit poulet qui remuait une plume par la vitre en la regardant.

« Tain, c’est vraiment trop la honte, je me fais draguer par un poulet en plein milieu de la mégaroute maintenant », soupira-t-elle.

Mais la volaille-mobile donna un coup de sirène et se rabattit devant elle, la plume de poulet lui faisant signe de suivre le mouvement.

Docile, elle suivit, et les deux carrosses se garèrent sur la bande d’arrêt d’urgence.

- Bonjour mademoiselle…

« Hmm, t’es mignon toi. »

- Bonjour…

- Les papiers du véhicule et votre permis de conduire s’il vous plaît ?

Dix minutes et un retournement de sac à main plus tard :

- Merci. Vous savez pourquoi je vous arrête ?

- Hmm ça se pourrait.

- Ce véhicule est à vous ?

- Nan il est à môman, tu vois pas c’est écrit dessus…

- Hmm. Nous vous avons prise sur la route Bidule, vers Chouette. Savez-vous à quelle vitesse vous rouliez ?

- Je vous laisse le plaisir de me le dire…

Il prend une inspiration :

- 138 lieues à l’heure !!

Je retiens un « C’est tout ?! » et dis :

- Ah.

- Vous comprenez bien que je vais vous verbaliser.

Sans blague…

- Faites-moi tout ce que vous voulez ! Enfin je veux dire… Oui, oui, je comprends bien.

- Restez dans votre véhicule s’il vous plaît, dit-il en s’éloignant.

En même temps où veux-tu que j’aille, je suis au bord de la mégaroute, à la limite je peux toujours aller me suicider sous un camion mais j’ai vu pire sans en arriver à un tel extrême.

Trois heures et dix chewing-gums plus tard, il revient, avec un minuscule papier et trois numéros écrits dessus (il s’est branlé pendant tout ce temps-là ou quoi ?!).

- Voilà vos papiers…

Je t’ai bien tout déplié et je te les rends un par un hein, histoire de faire durer le plaisir.

- Et…

Tindiiin !

- Votre petit papillon. Alors comme c’est écrit dessus, là, ça vous coûtera la modique somme de 90 broutilles si vous envoyez votre règlement d’ici trois jours.

- Ah, ben alors euh… je peux pas payer tissuite ?

- Ah nan je prends pas d’argent mademoiselle…

Pfff dans mon malheur j’ai même pas eu la chance de tomber sur un gigolo, le sort m’en veut.

- Bon ben au revoir… Pour reprendre la route lancez-vous sur la bande d’arrêt d’urgence.

En plus il veut m’apprendre à conduire ce naze. J’écrase le champi et je pousse un camion, ça ira bien.

La pauvre petite fée rentra donc toute penaude chez elle, fit son chèque de 90 broutilles et prit son cercueil à roulettes pour l’emmener à réparer chez l’escroc, ce qui lui coûta encore un bon paquet de broutilles.

Moralité : la grippe aviaire touche même les porte-monnaie féériques.

(Moralité, variante : fée rapide, compte en banque aride).

Suny, à court de broutilles.

Imaginé par Sunny Suny à 19:43 - Tous aux abris, blonde en cavale - Grains de sel [2] - Permalien [#]

Commentaires

    tu devrais continuer à t'en prendre aux trottoirs...

    Posté par Lily Lune, mercredi 4 juillet 2007 à 20:55
  • ouais mais je sais pas ce qu'ils ont en ce moment, ils me fuient...

    Posté par Suny, mercredi 4 juillet 2007 à 21:00

Poster un commentaire