Lily et Suny

Ou quand la réalité est vue à travers l'imagination...

mardi 22 mai 2007

L’art d’être maudite – Leçon 2

Chère Lily,

Je suis certaine que tu l’attendais avec impatience… Eh bien la voilà !

Ma seconde leçon d’art de vivre la malédiction au quotidien.

Leçon 2 : La farce du Lutin

Il était une fois une fée solaire qui avait un énorme problème : un bouton. Pas l’un de ceux qui va joyeusement percuter le miroir à peine tu le frôles, non, ç’aurait été trop facile.

Mais un bouton maléfique. La farce d’un lutin qui avait décidé de la faire enrager en profitant d’une nuit de profond sommeil pour lui insérer un œuf de libellule fossilisé sous la peau, pile au coin de l’œil. Une petite boule blanche, le truc impossible à enlever, que quand t’essaies de le choper il roule sous la peau et que quand tu change de position il revient à sa place.

Bon, rien de bien catastrophique à première vue, mais quand la fée se décidait à sortir la grosse artillerie (aiguille chirurgicale tout droit sortie de la boîte à couture de sa Matriarche, chalumeau stérilisateur tout droit sorti du matériel de torture de la fée, tout ça), il fallait q’il y ait du résultat.

Alors la fée s’acharna tant et si bien sur sa Farce de Lutin qu’elle ne parvint même pas à en arracher le moindre tremblement de terreur. La Farce de Lutin resta logée là, sous sa peau au coin de son œil, se foutant bien de sa gueule.

Après quelques heures de dur combat, de cris, de larmes, de sueur versée (mais attention hein, aromatisée fleur d’oranger, cela va de soi), la pauvre, pauuuuvre fée baissa les bras et alla ranger ses instruments de torture oculaire, tête basse.

L’histoire aurait pu s’arrêter là.

Mais c’était sans compter sur la Malédiction…

Un peu plus tard, quand la fée alla aux thermes pour se rafraîchir (après cette journée de merde, elle en avait grand besoin), elle resta pétrifiée alors que son regard glissait sur son propre reflet dans un miroir.

À force d’acharnement, la fée avait réussi à se faire elle-même un œil au beurre noir…

Moralité : parfois, mieux vaut se passer de moralité, la blonditude Malédiction parle d’elle-même.

(Moralité 2 quand même : quand tu supportes pas le fond de teint… ben t’as plus qu’à avoir l’air conne).

Suny… irrécupérable.

Imaginé par Sunny Suny à 22:09 - La vie est trop p'injuste - Grains de sel [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • un oeil au beurre noir...carrément ? mdrrrr

    Posté par Lily Lune, mardi 22 mai 2007 à 22:19
  • on rigole pas... <_<

    Posté par Suny, mardi 22 mai 2007 à 22:21
  • Beurk... Tu casses le mythe de la déesse là... Je sais pas si tu te rends compte des conséquences terribles...^^

    Posté par Antoine, mercredi 23 mai 2007 à 00:49
  • alors d'une chui pas une déesse, hein, de deux j'ai bien précisé que je ne suis pas affublée d'un truc explosif alors on se calme hein ^^
    même les fées ont leurs petits problèmes, et heureusement, sinon elles n'auraient pas grand chose à raconter hein

    Posté par Suny, mercredi 23 mai 2007 à 12:10
  • (oui je sais que t'es pas une déesse... tu n'es qu'une misérable petite fée de rien du tout avec un gros bouton atroce !)^^

    Posté par Antoine, mercredi 23 mai 2007 à 12:34

Poster un commentaire